Introduction

Indépendamment de la religion ou de la foi qu'elle professe, la majorité des chrétiens considèrera le titre de cette œuvre, "Le Troisième Testament", comme une présomption, due au fait qu'avec un tel titre cette œuvre de révélation récente est mise sur un pied d'égalité avec l'Ancien et le Nouveau Testaments de la Bible connus par tous comme Ecritures Sacrées et fondement de la foi, et qui sont considérés comme achevés, sans possibilité aucune de les continuer ou de les étendre.

Néanmoins, le vrai connaisseur de la Bible saura que cette position traditionnelle ne se fonde pas sur les enseignements classiques de Jésus, tels qu'ils nous furent transmis dans les Evangiles du "Nouveau Testament". Bien au contraire! Dans ses prêches d'adieu, Jésus se référa, en maintes occasions, à sa seconde venue, et en relation à celle-ci, fit allusion à l' "Esprit de la Vérité", ou l' "Esprit Réconfortant", ou au "Saint-Esprit", qui, par la suite, nous "introduira à la vérité absolue".

Cette introduction fournit au chrétien croyant, ainsi qu'à tous les lecteurs intéressés par ce livre, une vraie connaissance de sa création; de quelle manière et sous quelles conditions exogènes la promesse de Jésus à propos de sa seconde venue est devenue réalité, puisque, malgré les déclarations à ce sujet contenues dans les révélations mêmes, plusieurs questions pourraient demeurer sans réponse et semer des doutes et fausses conjectures. Cette introduction essaye donc de faciliter la compréhension de ce que l'Esprit Divin, dans sa nouvelle révélation, a légué à l'humanité, comme son Troisième Testament.

Tout comme chaque lecteur de cette nouvelle Parole de Dieu pourra le vérifier par lui-même, elle irradie une suprême autorité, la sagesse et l'amour. Elle est l'accomplissement de la promesse de Jésus de revenir "sur un nuage" (Luc 21,27), ce qui - exprimé en langage symbolique de l'Esprit - signifie: sous forme spirituelle.

D'où, ce Troisième Testament de Dieu, en tant que résumé ordonné par thèmes des révélations divines au Mexique, constitue un véritable témoignage de la seconde venue du Christ "en Esprit"; c'est son message et son enseignement actualisés pour l'humanité, en version condensée.

Cette parole cherche à être, pour l'homme d'aujourd´hui, une aide pour l'orienter et le conduire à une meilleure et plus ample compréhension de Dieu, de lui-même, du sens de son existence dans ce monde et des événements qui lui succèdent dans sa vie personnelle, ainsi que des faits et transformations qui accompagnent nécessairement les débuts de "l'Ere du Saint-Esprit".

L'Evêque médiéval Joaquin de Fiore et plusieurs de ses successeurs firent déjà référence à cette ère. C'est le Royaume de Paix du Christ sur la Terre qui, depuis les temps des Prophètes, avait été promis à l'humanité.

Avec la deuxième venue du Christ dans la parole, cette ère de l'Esprit et de la Spiritualité de l'être humain a déjà commencé, et le Christ, avec son nouveau message d'amour, nous a montré le chemin qui mène à lui.

Contrairement à toutes les expectatives de la chrétienté, l'événement principal dans la seconde venue du Christ n'est pas à venir, mais il s'est déjà produit. Dans la période comprise entre 1866 et 1950, il s'est accompli dans le silence, invisible et ignoré par "le grand monde" et la chrétienté! Il ne s'est pas propagé au centre du christianisme occidental, à Rome, ni au centre de la foi orthodoxe, au Mont Athos, ni, comme beaucoup l'espéraient, dans l'antique Jérusalem judéo-chrétienne, ou encore dans l'enceinte de la Théologie et Philosophie théologale protestante, mais dans un pays du dénommé tiers-monde: le Mexique!! Et là, non pas au milieu de la puissance et de la splendeur de la dominante église catholique, mais bien dans un environnement de pauvreté et d'insignifiance, parmi la population simple et humble des faubourgs ou zones marginales de Mexico City ; là elle a commencé à s'irradier et se diffuser dans le pays. Qui l'aurait prévu?

Le retour du Christ est devenu réalité sous forme de révélations reçues spirituellement par des personnes choisies par Lui parmi les humbles, en état d'extase.

Au cours des dernières années qui ont précédé 1950, une partie considérable de ces révélations a été gardée sous forme tachygraphique, rédigée et, plus tard, éditée en douze volumes sous le titre "Libro de la Vida Verdadera" ou "Livre de la Vie Véritable". Des copies en ont été faites durant ces dernières années, ainsi que des extraits de thèmes, dans le but de pouvoir étudier et approfondir son Enseignement Divin. Le livre actuel contient une sélection de textes de ladite oeuvre, lesquels font référence à certains thèmes qui y sont abordés.

Tous les enseignements du Christ, comme les sujets traités, furent conçus par le Seigneur, en tant que son "Troisième Testament pour l'humanité", et particulièrement pour le peuple d'"Israël par l'esprit".Cette introduction a pour objet d'élucider la véracité de cette transcendantale manifestation auprès du lecteur.

Le choix du Mexique comme terre prédestinée à la seconde venue du Christ en tant qu'esprit, selon les paroles du Seigneur, est dû au fait que les ancêtres indigènes des actuels habitants furent martyrisés et "christianisés", en son nom, et par la force, par les conquérants espagnols. D'autre part, ces peuples et leurs actuels descendants, ayant été soumis et humiliés durant des siècles, ont développé un esprit de fraternité, de solidarité, d'humilité de l'âme, et de tolérance plus profond que d'autres peuples de la Terre. Et c'est ainsi que beaucoup d'âmes plus mûres de l'antique et élu "peuple d'Israël" sont nées actuellement au sein du peuple mexicain, constituant les témoins de l'accomplissement des promesses faites à l' "Israël spirituel".

La naissance de Jésus, la première venue du Christ au monde, ne se produisit pas non plus au cœur de la puissance et de la civilisation de Rome ou de la Grèce, ni même au centre culturel juif de Jérusalem, mais bien dans un endroit éloigné, aux conditions précaires, la Galilée, désapprouvée par les juifs de Jérusalem, laquelle allait se convertir en patrie et zone d'influence de Jésus. Les érudits de l'époque, imbus de sentiment de supériorité, s'exprimèrent, à ce propos, de la manière suivante: Que peut-on être en mesure d'attendre de bon de Nazareth? Les théologiens d'aujourd'hui ne devraient pas commettre la même erreur, en pensant secrètement à partir d'un sentiment de supériorité intellectuelle: Que peut-il bien venir de bon et transcendant du Mexique?

Quelles sont les raisons qui plaident en faveur de l'origine divine des révélations spirituelles reçues au Mexique? Par-dessus tout, les révélations en soi qui, sans équivoque, sont imprégnées de l'esprit et la foi du Christ, de l'amour et la miséricorde du Père Céleste. Quel cœur humain pourrait-il demeurer insensible à tout cela? La sagesse et la profondeur des réflexions, révélations, avertissements, et enseignements sont également un témoignage éloquent du Créateur. Quel esprit fallacieux, aux intentions retorses, prétendrait seulement simuler tout ceci? Et en quoi consisteraient-elles, puisque ces enseignements ne peuvent être utiles qu'à l'exaltation, au développement, et à l'anoblissement de la race humaine?

En outre, ce qui soutient l'authenticité de ces révélations comme Nouvelle Parole de Dieu, est le fait qu'elles aient eu lieu en de nombreux sites de révélations et qu'elles aient été diffusées par autant de porte-parole, et conservant malgré tout une unité en son esprit et son caractère, qui montre clairement une essence unique et une seule source de révélation. Quelle obscure force pourrait organiser un tel jeu illusoire et séducteur durant des décennies dans un pays entier, seulement pour railler Dieu? Cette idée n'est simplement pas viable, et Dieu, en tant que père affectueux de ses enfants humains et conducteur suprême des événements terrestres, jamais ne le permettrait.

D'autres facteurs importants soutenant l'authenticité de ces révélations comme témoignage du retour spirituel du Christ dans la parole, sont les coïncidences entre les promesses de Jésus au sujet de son retour et les signes de ces mêmes promesses, et les événements au Mexique pendant une période où le monde a éprouvé des événements tumultueux et changeants, incluant deux guerres mondiales.

En référence à cette région du continent américain, et donc au Mexique, au 19ème siècle un témoignage significatif du retour spirituel du Christ fut légué à la chrétienté par le dénommé "Scribe de Dieu", Jacob Lorber, en Autriche. Dans un extrait de son prodigieux ouvrage de révélation, le Christ parle de son retour spirituel qui se produira dans une nation au delà du grand océan, c'est-à-dire, l'Océan Atlantique. Pour ceux qui, par l'intermédiaire de Jakob Lorber, croient en ces révélations, ne serait-ce pas un motif de se demander si cette prophétie ne s'est pas déjà accomplie, et de rechercher si, dans l'un des pays du continent américain, un quelconque événement s'est produit, qui puisse corroborer ce fait et lui rendre justice. Le facteur de détermination pour pouvoir juger l'authenticité ne devrait pas, cependant, être seulement la richesse Divine révélée, mais par-dessus tout, l'amour et la sagesse que transmet son enseignement.

Un tel événement s'est certainement produit, et il a commencé dans les premières années de la décennie de 1860. Un humble homme du peuple, appelé Roque Rojas, le 23 juin 1861, a eu une première expérience de sa mission au travers de l'Archange Gabriel ainsi qu'une vision au cours de laquelle sa mission de précurseur terrestre du Seigneur lui fut annoncée. Lorsque, après une nouvelle et plus puissante vision, il fut convaincu de l'authenticité de son appel divin, il commença à relater à d'autres, les messages et visions qu'il recevait dans un état d'extase, et graduellement, par son pouvoir de conviction et sa crédibilité, rassembla autour de lui une communauté de croyants. Il fut très bien connu et considérablement estimé de tous ceux qui recouraient à lui en quête d'aide et de conseil, spécialement pour le don de guérison spirituelle qui se développa en lui.

Il fonda un premier point de réunion où, le premier septembre 1866, Elie, par son intermédiaire, parla pour la première fois, sept hommes et femmes y furent consacrés chefs de communautés qui devaient se créer, les sept symbolisant les Sept Sceaux des ères respectives de l'Histoire Sacrée. Quand, pendant la semaine sainte de 1869, les participants à une réunion ne firent pas montre de la révérence et la dévotion que Roque Rojas attendait d'eux, une fureur sainte s'empara de lui, et il détruisit les révélations divines que, jusqu'alors, il avait reçues par le biais d'Elie. Il déclara fermé l'endroit de réunion, mettant un terme prématuré à son action charitable. Mais la bonne graine qu'il avait semée germa et fleurît dans d'autres endroits. Après quelques années, en 1884, dans l'une des communautés des Sept Sceaux, pour la première fois, le Christ lui-même s'exprima par l'entremise d'un porte-parole qui était resté fidèle à sa mission. A partir de ce moment, les révélations divines se succédèrent sans discontinuer, pour l'espace de générations, jusqu'à la fin de l'année 1950. Le nombre des communautés et des croyants s'est accru considérablement pendant ce temps, de telle manière que ce mouvement christiano-spiritualiste, désigné par le Christ comme son Oeuvre Spirituelle, finalement ait inclus plusieurs centaines de communautés et des milliers de croyants dans tout le pays.

Les croyants se réunissaient régulièrement le dimanche matin dans leurs austères salles communautaires ou même dans des demeures privées, et dans ces lieux, où l'on trouvait un ou plusieurs orateurs de la Parole, l'Esprit Divin se manifestait selon les besoins et la réceptivité des auditeurs.

Une fois par semaine, on s'occupait des malades qui venaient chercher la guérison de leurs maux physiques et spirituels ; pendant ces cessions le Monde Spirituel de Dieu se manifestait spirituellement en enseignant, conseillant, et guérissant. Nombreuses furent les guérisons spirituelles du corps et de l'âme mais, malheureusement, celles-ci n'ont pas été transcrites, ni considérées extraordinaires, ni dignes d'être rapportées, ne laissant aucun témoignage aux générations futures.

Avec la finalisation des Révélations Divines et de ce Monde d'Esprits de Lumière vers la fin de 1950, qui avait déjà été annoncée et établie longtemps auparavant, se produisit une faillite profonde au sein de l'Oeuvre Spirituelle, un schisme entre ces communautés, les unes qui s'en tenaient à l'ordre du Christ de respecter le terme de ses révélations, et renonçaient à d'ultérieures manifestations spirituelles, et les autres communautés et leurs chefs qui ne s'y conformaient pas, et induisaient leurs orateurs à un état de transe, ouvrant ainsi les portes au monde des esprits ignobles et trompeurs, pour recevoir les fallacieuses manifestations des Esprits impurs.

Hélas, plusieurs guides de ces communautés désobéirent et trompèrent le peuple en lui disant que Dieu, dans sa charité divine, continuerait de se manifester de la même manière. Peu nombreux furent ceux qui demeurèrent fidèles. Leurs membres, pour la plupart, se dispersèrent en petits groupes et continuèrent de se réunir pour étudier, analyser, et mettre en pratique les Enseignements reçus. Les autres, par habitude, continuèrent de concourir à ces lieux, où ne se manifestait déjà plus la vérité, mais bien la duperie. En outre, vinrent beaucoup d'innocents, qui ignoraient que Dieu avait précédemment proclamé, à maintes reprises, qu'au terme de l'année 1950, cette forme de manifestation se terminerait, afin de céder la place à la communication parfaite et directe avec Lui, c'est-à-dire, d'Esprit à esprit. Ces innocents, dans leur nécessité spirituelle et matérielle, furent attirés à ces endroits par l'anxiété humaine de recevoir réconfort et guérison; d'autres préférèrent continuer d'assister à ces lieux, appelés temples, plutôt qu'aux endroits où se lisaient quelques paragraphes de son Enseignement, s'échangeaient des opinions, où l'on méditait, priait, intercédait en faveur de la paix dans le monde, pour les malades et délaissés et où l'on tentait de mettre sa Doctrine en pratique.

Malgré ces circonstances défavorables, après 1950, un groupe d'hommes et de femmes, anciens orateurs pour la plupart, commença à recueillir les révélations qui avaient été dispersées dans tout le pays, afin de les publier dans un grand ouvrage, pour que l'humanité puisse en avoir connaissance. Pour ce faire, ils durent se baser sur des copies des manuscrits tapés à la machine, lesquels avaient été réalisés par les mêmes scribes, d'après les annotations tachygraphiques des enseignements, pour être transmises postérieurement sous forme de copies, selon la demande. Un nombre considérable de manuscrits des révélations a été recueilli, duquel quelques-uns furent choisis pour former les 366 enseignements qui composent les douze volumes du "Libro de la Vida Verdadera", ou "Livre de la Vie Véritable".

Ceci ne représentait seulement qu'une partie de toutes les révélations, particulièrement celles des dernières années avant 1950. A la vue de ce grand nombre de révélations, les 366 enseignements sont considérées comme un tout qui comprend la plus grande partie des thèmes que le Saint-Esprit a souhaité apporter à l'humanité, et à propos desquels Il souhaitait se manifester Lui-même, pour que cette humanité trouve le chemin d'un futur plus prometteur.

Dans les années 1970, dans la ville de Mexico, fut fondée l'"Asociación de Estudios Espirituales Vida Verdadera, A.C." ou "Association des Etudes Spirituelles Vie Véritable" qui se fixa comme but la conservation de l'essence de la parole Divine, sa diffusion, son étude et son analyse, l'administration et la conservation des manuscrits des enseignements, et la publication de nouvelles éditions des douze volumes arrangés en série, de Marie la Tendresse Divine, des conseils du Monde Spirituel de Lumière, et d'Elie le Précurseur, ainsi que des extraits de thèmes. Aujourd'hui encore, l'Association considère cela son but premier, qui se base sur la responsabilité personnelle de l'individu à la lumière de sa conscience, plutôt que la conduction centrale d'un mouvement spirituel.

En ouvrant cet ouvrage actuel à n'importe quelle page, nous lisons et sentons spirituellement les paroles et révélations convaincantes, sages et affectueuses du Christ, grâce à des êtres humains préparés comme des instruments pour cette fin, certains d'entre eux n'avaient aucune instruction académique et souvent, de ce fait, ne maîtrisaient pas parfaitement la langue qui coulait d'entre leurs lèvres, et encore moins son contenu, la sagesse et l'autorité Divine qui émanaient de ces paroles.

La nouvelle Parole de Dieu consiste en partie d'affirmations et de considérations liées aux événements et révélations de l'époque du peuple de l'antique Israël, et durant la vie et l'œuvre terrestres de Jésus; et d'autre part, présente un ensemble de nouvelles connaissances spirituelles, dont une partie constitue des corrections pointues de la conception chrétienne traditionnelle du monde. Ceci concerne l'image de Dieu, la nature divine de Jésus et de Marie, l'être humain avec une étincelle divine dans l'âme, et son développement éternel, les concepts du ciel et de l'enfer, le jugement dernier, l'enseignement du salut et la rémission des péchés, la "résurrection des morts" et la vie éternelle.

Egalement en ce qui concerne la pratique de la foi chrétienne et les formes d'adoration, de nouveaux objectifs s'établissent dans certains cas, qui mettent en question ou écartent le désuet, affectant principalement les formes du culte rendu à Dieu et les édifications sacrées.

Le message central correspond à celui que Jésus nous livra: en remplacement des pratiques religieuses extraverties et des dévotions montrées publiquement, la prière en silence permet à nos actes d'être guidés par notre conscience; au lieu de chercher un bien-être tant spirituel que matériel aux motivations égoïstes, agir avec désintéressement et spontanément de manière altruiste par amour pour Dieu, l'homme et la nature, la création divine, où l'"amour" se manifeste et s'exprime de différentes manières: Considération, respect, solidarité, affection, consolation, aide et appui; au lieu d'une foi facile et aveugle, une foi vivante et attentionnée, basée sur la reconnaissance et la sagesse spirituelle.

Lors de ses manifestations, le Seigneur, au commencement, adressait ses paroles aux croyants présents, à ceux qu'il appelait "(Mon) peuple", "disciples" ou "paysans", parfois aussi "(cher) Israël". Cependant, sauf exceptions, dans un plus large sens il s'adressait à tout l'Israël spirituel, à tout le peuple de Dieu dans le monde entier, et à tous les hommes de tous les peuples, races, et credos. Mais, reconnaîtront-ils et approuveront-ils cette nouvelle Parole de Dieu?

Ceci ne devrait et ne devra pas constituer un motif de fonder une nouvelle communauté religieuse, église, ou secte. C'est l'appel de Dieu à la rénovation et la spiritualité de l'être humain et de toutes ses associations sociales et religieuses. Celui qui rejette Son Troisième Testament pour l'humanité, rejette Dieu lui-même, et le Saint-Esprit qui s'y révèle. Nous espérons que cette parole admonitrice du message même de l'amour de Dieu serve à la réflexion, et soit considérée par chacun, tout comme ces admonitions contenues dans les paraboles des "vierges prudente et présomptueuses" (Mat. 25:1-13) et du "mariage royal" (Mat. 22:2-14). Parce que cette parole est l'huile sacrée pour illuminer l'existence de l'esprit, elle est le pain et le vin de la table du Seigneur, l'aliment éternel et l'élévation de l'esprit.