Chapitre 49 - Religion et Jurisprudence sur la Terre
                 Aucune religion ou confession n'est l'authentique
                 L'antagonisme des religions face au développement
                 La relation entre religion et science
                 Dureté et injustice de la justice terrestre
                 La justice toute-puissante de l'homme
                 La justice terrestre comme un mal nécessaire

Chapitre 50 - Cultures et sciences
                 Vanité et orgueil du savoir
                 Les conséquences du raisonnement matérialiste
                 L'inspiration aux scientifiques, par Dieu et le Monde Spirituel
                 Reconnaissance des scientifiques qui oeuvrent pour le bien de l'Humanité

Chapitre 51 - Les puissants; Abus de pouvoir et guerres
                 Le délire transitoire du pouvoir et la grandeur terrestre
                 L'exercice hautain du pouvoir sur les personnes et les peuples
                 Réflexions à propos de la deuxième guerre mondiale
                 Le caractère méprisable et l'absurdité des guerres

Chapitre 52 - Injustice et effritement de l'Humanité
                 La soumission et l'exploitation des faibles par les puissants
                 La perversité de l'humanité
                 Le monde fourvoyé d'une humanité immature


 

XI. L'HUMANITE

Chapitre 49 - Religion et Jurisprudence sur la Terre

Aucune religion ou confession n'est l'authentique           

1. Je ne viens pas pour réveiller le fanatisme religieux parmi les hommes; ma Doctrine est très loin d'enseigner des mensonges. Je souhaite la correction, la foi, la charité et la spiritualité. Le fanatisme est un bandeau d'obscurité, une passion démente qui mène aux ténèbres. Veillez afin que cette mauvaise graine ne pénètre pas votre coeur, et méfiez-vous parce que, parfois, le fanatisme a l'apparence de l'amour.

2. Sachez qu'en ces temps, ces ténèbres ont envahi l'humanité. Voyez comment, bien que les peuples païens aient disparu de la Terre et que la plus grande part de l'humanité professe un culte au vrai Dieu, les hommes ne Me connaissent pas ni ne M'aiment, parce que leurs guerres, leurs haines et leur manque d'harmonie sont la preuve qu'ils ne Me permettent pas encore de vivre dans leur coeur.

3. Sur les obscurités de ce fanatisme religieux et de cette idolâtrie s'approchent de grands tourbillons, qui devront purifier le culte spirituel de cette humanité. Quand cette action aura été réalisée, l'arc-en-ciel de la paix brillera à l'infini. (83, 60 - 62)

4. Sur la Terre, J'ai laissé qu'existent des religions, qui sont, pour l'esprit, des chemins qui conduisent à Dieu. Toute religion qui enseigne le bien et l'amour et exalte la charité est bonne, parce qu'elle renferme de la lumière de vérité. Quand, en elles, les hommes dégénèrent et convertissent en mauvais ce qui était bon à l'origine, alors le chemin se perd entre le matérialisme et le péché.

5. C'est pourquoi Je viens, en cette époque, vous montrer, à nouveau, ma venue qui est le chemin, l'essence et la loi, afin que vous recherchiez cette loi, qui est phare et étoile, au-delà des formes et des rites, au-delà de tout ce qui est humain. Celui qui me cherche ainsi sera spiritualiste. (197, 10-11)

6. Aucun ne se perdra, quelques-uns arriveront les premiers par le chemin que je vous ai indiqué, pendant que d'autres arriveront plus tard par les chemins qu'ils suivent.

7. L'homme pourra, dans toutes les religions, trouver cet enseignement qui lui est nécessaire pour devenir bon; mais quand il n'y parvient pas, alors il blâme la religion qu'il professe et continue d'être ce qu'il a toujours été.

8. Chaque religion est une voie, quelques-unes plus parfaites que d'autres, mais toutes tendent vers le bien et essaient d'arriver au Père; s'il y a quelque chose des religions que vous connaissez et qui ne vous satisfait pas, ne perdez pas la foi en Moi; allez par le chemin de la charité et vous vous sauverez, parce que mon chemin est illuminé par la vertu de l'amour. (114, 43)

9. Les religions sont de petites vérités qui mènent les esprits vers le vrai chemin par lequel ils pourront s'élever, pas à pas, jusqu'à arriver à Moi. Tant que les hommes professeront des religions différentes sur la Terre, ils seront divisés, mais quand ils seront sur le chemin d'amour et vérité, ils se seront unis et se seront identifiés grâce à cette lumière unique, parce qu'une seule est la Vérité.

10. L'unification des religions se produira quand l'esprit de l'humanité s'élèvera par-dessus le matérialisme, les traditions, les préjugés et les fanatismes; alors les hommes se seront unis spirituellement dans un seul culte: le bien pour l'amour de Dieu et du prochain. Lorsqu'il en sera ainsi, l'humanité entrera dans une période de perfectionnement.

11. La division spirituelle des hommes est due à ce que les uns et les autres aient saisi des branches différentes. Il n'existe qu'un seul arbre, en revanche, il compte beaucoup de branches; les hommes, cependant, n'ont pas voulu comprendre mes enseignements dans ce sens, et les discussions les distancient et accentuent leurs différences. Chacun croit posséder la vérité; chacun se sent dans le juste; cependant, Je vous dis que, tant que vous ne goûterez seulement que le fruit d'une seule branche et que vous méconnaîtrez celui des autres, vous ne parviendrez pas à comprendre que tous les fruits proviennent de l'arbre divin, dont l'ensemble constitue la vérité absolue.

12. En vous parlant de ces vérités, ne pensez pas que le Maître se réfère aux cultes externes des différentes religions, mais bien au principe fondamental sur lequel chacune d'elles repose.

13. Un fort vent de tempête a commencé de se faire sentir; ses rafales, en fouettant l'arbre, font se détacher ses différents fruits, lesquels seront goûtés par ceux qui ne les avaient pas connus auparavant.

14. Alors, ils diront: " Comme nous nous sommes trompés, et comme nous étions aveugles lorsque, emportés par notre fanatisme, nous refusions ces fruits que nous offraient nos frères, seulement pour les considérer inconnus! "

15. Une partie de ma lumière est en chaque multitude, dans chaque congrégation. Personne ne s'enorgueillit, par conséquent, de détenir toute la vérité. Comprenez que si vous souhaitez pénétrer plus profondément l'éternel, si vous voulez aller au-delà de l'endroit que vous avez atteint, si vous souhaitez savoir plus à Mon propos et au vôtre, vous devez d'abord unir les connaissances de l'un à celles de l'autre, et ainsi de suite avec tous. Alors, de cette harmonie jaillira une lumière claire et très pure, qui est celle que vous avez cherchée dans le monde, sans avoir jamais réussi à la rencontrer.

16. " Aimez-vous les uns les autres ". Voilà ma maxime, mon commandement suprême pour les hommes, sans distinction de credos ou de religion.

17. Rapprochez-vous les uns des autres grâce à l'accomplissement de cette maxime et vous me trouverez présent en chacun de vous. (129, 36-41)

L'antagonisme des religions face au développement           

18. L'homme s'est davantage préoccupé de sa vie humaine que de sa vie spirituelle, bien qu'il sache que l'humain est passager et le spirituel éternel. C'est pourquoi en progressant dans sa civilisation et sa science, l'homme se retrouve, spirituellement, arrêté et endormi dans ses religions.

19. Observez les religions une à une, et vous verrez qu'aucune ne présente de preuves d'évolution, de développement ou de perfectionnement, néanmoins chacune d'elles est proclamée comme la plus haute vérité, et ceux qui la professent, croyant tout trouver et tout connaître en elle, ne font aucun effort pour aller de l'avant.

20. Les révélations divines, la Loi de Dieu, ma Doctrine et mes manifestations vous ont laissé entendre, depuis le début, que l'homme est un être sujet à évolution. Pourquoi, dès lors, aucune de vos religions ne justifie-elle ou ne démontre-t-elle pas cette vérité?

21. Je vous dis que cette doctrine qui réveille l'esprit, l'éclaire, le développe et lui révèle ce qu'il contient, qui le relève chaque fois qu'il trébuche et le fait avancer, sans s'arrêter, cette doctrine est inspirée par la vérité. Et n'est-ce pas ce que mon enseignement vous a révélé en tous temps?

22. Cependant, spirituellement vous vous êtes arrêtés depuis longtemps, parce que vous vous êtes davantage préoccupés de ce qui touche à votre vie sur la Terre, que de ce qui a trait à votre esprit. Mais pour ne pas abandonner complètement le spirituel, vous avez façonné vos religions de telle manière qu'elles ne constituent pas la moindre entrave à l'achèvement de vos tâches, devoirs et travaux sur la Terre.

23. Et donc, en respectant cette tradition religieuse, vous vous imaginez que vous accomplissez votre devoir envers Dieu; vous essayez de vous tranquilliser face à votre conscience et croyez être assurés de votre entrée dans la Gloire.

24. Quelle ignorance, humanité! Quand allez-vous vous réveiller à la réalité? Ne vous rendez-vous pas compte qu'en vous conformant avec vos religions vous ne Me donnez rien, ni d'ailleurs à votre propre esprit?

25. Lorsque vous sortez de vos temples et dites: " J'ai accompli mon devoir envers Dieu ", vous commettez une grande erreur, parce que vous croyez que vous êtes venus me donner quelque chose, quand en fait vous devriez savoir que vous n'avez rien à me donner et, en revanche, beaucoup à recevoir de Moi, et beaucoup à vous donner à vous-mêmes.

26. Vous croyez que l'obéissance à la Loi se limite à assister dans ces lieux, et c'est là une autre grave erreur, parce que ces lieux devraient être l'école où le disciple pourrait apprendre pour ensuite, sur le chemin de la vie, mettre en pratique la leçon apprise, ce qui constitue le véritable accomplissement de la Loi. (265, 22-27)

La relation entre religion et science           

27. Depuis le commencement des temps, les émissaires de la Loi et de la Doctrine de l'esprit ont vu l'homme de science comme un adversaire. Et de grandes luttes ont eu lieu entre les uns et les autres. Le temps est venu pour Moi de m'exprimer au sujet de ces controverses.

28. Je fis ce monde pour qu'il serve de demeure temporaire aux esprits incarnés, mais avant qu'ils ne viennent le peupler, Je les préparai au moyen des dons de la conscience, de la compréhension et de la volonté.

29. Et Moi, Je connaissais, à l'avance, le destin et l'évolution de mes créatures, et déposai sur la Terre, dans ses entrailles, en sa surface et dans son atmosphère, tous les éléments nécessaires à la conservation, l'alimentation, le développement et même le plaisir de l'être humain. Mais, pour que l'homme puisse découvrir les secrets de la Nature comme source de vie, Je permis que son intelligence se réveille.

30. Et c'est ainsi que le principe des sciences fut révélé à l'homme, un don que vous possédez tous, bien qu'il y ait toujours eu des hommes de plus grande capacité dont la mission a été d'arracher, de la Nature, le secret de ses forces et des éléments pour le bien-être et la joie de l'humanité.

31. J'ai aussi envoyé de grands esprits sur la Terre pour vous révéler la vie surnaturelle, celle qui se trouve au-dessus de la Nature, au-delà de la science. Et, par ces révélations, on ressentit l'existence d'un être universel, puissant, créateur, tout-puissant et omniprésent qui réserve, à l'homme, une existence après sa mort: la vie éternelle de l'esprit.

32. Cependant, depuis que quelques-uns se chargèrent de missions spirituelles, et que d'autres se chargèrent de missions scientifiques, de tout temps ils se levèrent les uns contre les autres, et toujours comme ennemis: les religions, d'une part et la science, de l'autre.

33. Aujourd'hui je vous dis que l'esprit et la matière ne sont pas des forces opposées, l'harmonie doit exister entre elles. Mes révélations spirituelles sont lumière, de même que le sont les révélations et découvertes de la science. Mais, si vous m'avez entendu beaucoup censurer le travail des scientifiques, c'est parce que beaucoup d'entre eux ont pris, de la Nature, son énergie, ses éléments et ses forces auparavant inconnues, à des fins perverses de destruction, de haines et vengeances, de domination terrestre et d'ambition démesurée.

34. Je dois dire qu'à ceux qui ont mené à bien leur mission avec amour et bonnes fins, à ceux qui ont pénétré respectueusement et humblement mes arcanes, il m'a été agréable de leur révéler de grands mystères pour le bienfait de ma fille, l'humanité.

35. La science, depuis le commencement du monde, a fait marcher l'humanité sur le sentier du progrès matériel, sentier sur lequel, et à chaque pas, l'homme a recueilli les fruits de la science, les uns doux, d'autres amers.

36. C'est le temps où il vous faut comprendre que toute lumière appartient à mon Esprit, et que tout ce qui est vie appartient à ma Divinité, parce que c'est Moi l'arcane, la source et le commencement de toute la création.

37. Ces oppositions entre le spirituel et le scientifique disparaîtront des hommes, jusqu'à unir la spiritualité à la science dans une seule lumière qui illuminera le chemin de l'homme jusqu'à l'infini. (233, 25-34)

Dureté et injustice de la justice terrestre           

38. Je viens pour annuler vos lois erronées afin que seules vous gouvernent celles qui sont formées par Mes préceptes et qui sont conformes à Ma sagesse. Mes lois sont d'amour, et en provenant de Ma Divinité, elles sont immuables et éternelles, tandis que les vôtres sont passagères et parfois cruelles et égoïstes.

39. La Loi du Père est d'amour, de bonté, elle est comme un baume qui réconforte et fortifie le pécheur, afin qu'il puisse supporter la restitution de ses fautes. La Loi d'amour du Père offre toujours une opportunité généreuse au délinquant de se régénérer, tandis que vos lois, au contraire, humilient et punissent celui qui s'est trompé, et souvent l'innocent et le faible.

40. Dans votre justice il y a de la dureté, de la vengeance et un manque de pitié. La Loi du Christ est une loi de persuasion douce, de justice infinie et de suprême droiture. Vous-mêmes êtes vos propres juges, en revanche, Je suis votre défenseur infatigable; mais il est nécessaire que vous sachiez qu'il existe deux façons de payer vos offenses: l'une avec l'amour et l'autre à travers la douleur.

41. Choisissez vous-mêmes, Vous jouissez encore du don du libre arbitre. (17, 46-48)

42. Je suis le Juge divin qui n'applique jamais de sentence plus grande que la faute. Combien ne sont-ils pas, ceux qui s'accusent devant Moi, et que Je trouve innocents! En revanche, combien claironnent-ils leur limpidité, et que Je trouve pervers et coupables!

43. Que la justice humaine est injuste! Combien sont-elles les victimes de mauvais juges qui expient les fautes d'autrui? Combien d'innocents ont vu les barreaux de la prison se refermer devant leurs yeux, pendant que le coupable marche, libre, en portant invisiblement son fardeau de vols et de crimes? (135, 2-3)

44. C'est parce que la justice humaine est imparfaite que vos prisons sont pleines de victimes et que vos échafauds se sont tachés de sang d'innocents. Combien de criminels vois-Je jouir de liberté et de respect dans le monde, et à combien de dépravés avez-vous édifié de monuments pour vénérer leur mémoire!

45. Si vous pouviez voir ces êtres, quand demeurant déjà dans la vallée spirituelle, la lumière s'est faite en leur esprit! Au lieu d'hommages inutiles et insensés, il vaudrait mieux leur envoyer une prière pour les consoler dans leur remords. (159, 44-45)

La justice toute-puissante de l'homme           

46. Que l'amour soit votre guide, afin que vous puissiez devenir de vrais messagers du Divin Consolateur. Parce que vous, qui n'êtes pas tombés dans un abîme, toujours vous blâmez, toujours vous jugez avec légèreté, vous condamnez vos semblables sans la moindre pitié; et cela, ce n'est pas ma Doctrine.

47. Si, avant de juger, vous faisiez une étude de vous-mêmes et de vos défauts, Je vous assure que votre jugement serait plus miséricordieux. Vous considérez mauvais ceux qui se trouvent dans les prisons et malchanceux ceux qui se trouvent dans les hôpitaux. Vous vous écartez d'eux, sans vous rendre compte qu'ils sont dignes d'entrer dans le Royaume de mon amour; vous ne souhaitez pas penser qu'eux aussi ont le droit de recevoir les rayons du soleil, qui fut créé pour donner vie et chaleur à toutes les créatures, sans aucune exception.

48. Beaucoup de ces êtres, emprisonnés dans des lieux d'expiation, sont des miroirs dans lesquels l'humanité ne souhaite pas se regarder, parce qu'elle sait que l'image que ce miroir lui réfléchit sera, bien souvent, celle de l'accusation. (149, 51-53)

La justice terrestre comme un mal nécessaire           

49. La justice établie sur la Terre n'agit pas justement. Je peux contempler le manque de charité, l'incompréhension et la dureté des cœurs. Mais, chacun recevra le jugement parfait.

50. J'ai permis ces épreuves, et aussi longtemps que l'humanité n'observera pas mes lois, aussi longtemps qu'elle s'éloignera de la réalisation de ses préceptes, il y aura, sur la Terre, quelqu'un pour lui subjuguer son cœur, pour le blesser.

51. Si vous respectiez la Loi, il n'y aurait aucun besoin de juges dans le monde, il n'y aurait pas de châtiment, vous n'auriez pas besoin de gouvernements. Chacun saurait gouverner ses propres actions et tous seraient gouvernés par Moi, tous vous seriez inspirés par mes lois et vos actions seraient toujours bienfaisantes, elles tendraient à la spiritualité et à l'amour.

52. Cependant, l'humanité est tombée dans de grands abîmes: l'immoralité, le vice; le péché s'est emparé du coeur des hommes, d'où les conséquences. Vous devrez boire jusqu'à la lie des calices amers, vous devrez supporter l'humiliation des hommes qui, vu qu'ils sont vos frères, détiennent le pouvoir sur la Terre.

53. Mais, soyez humbles et supportez les jugements avec patience, souvenez-vous que Je suis le juge parfait. (341, 5)


Chapitre 50 - Cultures et sciences

Vanité et orgueil du savoir           

1. J'interroge les hommes d'aujourd'hui, qui se considèrent les plus avancés dans toute l'histoire du monde. Avec tout votre talent, n'avez-vous pas trouvé une forme de faire la paix, de parvenir au pouvoir et d'obtenir la richesse, sans devoir tuer vos semblables, les détruire ou les réduire en esclavage? Croyez-vous que votre avance soit vraie et réelle, quand moralement vous vous traînez dans la boue, et que spirituellement vous errez dans les ténèbres? Je ne combats pas la science, puisque c'est Moi qui l'ai inspirée à l'homme; ce que Je censure, c'est la fin à laquelle vous l'appliquez parfois.

2. Humanité, fille de la lumière, ouvrez vos yeux, voyez que vous vivez l'Ere de l'Esprit!

3. Pourquoi M'avez-vous oublié et pourquoi avez-vous voulu comparer votre pouvoir avec le Mien? Je vous dis que, le jour où un savant, avec sa science, formera un être semblable à vous et le dotera d'esprit et de conscience, Je remettrai mon sceptre dans sa main. Mais, votre récolte, pour l'instant, sera différente.

4. Pourquoi y existe-t-il et y a-t-il encore des hommes qui, étant parvenus à connaître la science humaine avec l'usage des facultés que leur donna le Créateur, l'utilisent pour combattre et désavouer la science divine? Parce que leur vanité ne les autorise pas à entrer, avec humilité et respect, dans l'arcane du Seigneur, et qu'ils cherchent leur objectif et leur trône dans ce monde. (154, 27)

5. De nos jours, l'homme se sent grand, il exalte sa personnalité, et a honte de proclamer Dieu, l'appelant par d'autres noms pour ne pas compromettre son orgueil, pour ne pas descendre du piédestal de sa position. C'est pour cela qu'ils m'appellent: Intelligence cosmique ou architecte de l'Univers, mais Moi je vous ai appris à me dire: Notre Père! Ou Mon Père! Comme Je vous l'enseignai au Second Temps. Pourquoi, en me disant Père, les hommes croient-ils se rabaisser ou amoindrir leur personnalité? (147, 7)

6. Jusqu'où l'homme va-t-il sombrer dans son matérialisme, en reniant Celui qui a tout créé! Comment l'esprit humain a-t-il pu arriver à se confondre ainsi? Comment votre science a-t-elle pu me renier et profaner la vie et la nature, comme elle l'a fait?

7. Ma présence est dans chaque œuvre que votre science découvre; en chaque œuvre, ma loi se manifeste et ma voix se laisse entendre. Comment ces hommes ne sentent-ils, ne voient-ils, et n'écoutent-ils pas? Est-ce, par hasard, une preuve de votre avance et de votre civilisation le fait de nier mon existence, mon amour et ma justice? Vous n'êtes donc pas plus avancés que les hommes primitifs qui, eux, surent découvrir en chaque élément et dans chaque merveille de la nature, l'œuvre d'un être divin, supérieur, sage, juste et puissant, à qui ils attribuèrent tout le bien de l'existence, et c'est pour cela qu'ils l'adorèrent. (175, 72-73)

8. Je viens à nouveau offrir ma parole aux hommes pour qu'ils sachent qu'ils ne sont pas seuls, pour qu'ils se réveillent à la voix de leur conscience et qu'ils sachent qu'après cette vie, de grandes merveilles divines attendent leur esprit.

9. J'en ai parlé aux hommes, et celui qui sait prier peut le vérifier et se mettre en contact avec le spirituel, comme en témoigne celui qui approfondit les mystères de la Nature, au travers de la science. Par ces deux voies, tant l'intelligence que l'esprit, plus ils chercheront, plus ils découvriront.

10. Quand viendra-t-il le temps où l'homme s'inspirera dans l'amour, pour son étude et sa recherche? C'est seulement alors que son œuvre dans le monde sera solide; tant que le mobile de la science sera l'ambition, l'orgueil, le matérialisme ou la haine, les hommes subiront, à chaque pas, les plaintes des éléments déchaînés qui puniront leur manque de bon sens.

11. Combien se sont élevés dans le mal, dans l'orgueil, dans les vanités! Combien se sont attribués des couronnes en étant nus et misérables d'esprit! Que le contraste est grand, entre ma vérité et ce que vous croyez être la vôtre! (277, 31-32 et 36)

Les conséquences du raisonnement matérialiste           

12. Si les hommes éprouvaient un amour véritable pour leurs frères, ils ne devraient pas souffrir le chaos dans lequel ils se trouvent, tout en eux serait harmonieux et paisible; mais ils ne comprennent pas cet amour Divin et veulent seulement la vérité qui arrive à l'esprit, pas celle qui touche le coeur, d'où le résultat de leur matérialisme: une humanité égoïste, fausse et pleine d'amertume. (14, 42)

13. Ne vous vantez pas des fruits de votre science, parce que c'est à présent que vous y avez tant progressé, que l'humanité souffre le plus, qu'il y a davantage de misère, d'insécurité, de maladies et de guerres fratricides.

14. L'homme n'a pas encore découvert la vraie science, celle qui se gagne par la voie de l'amour.

15. Voyez comme la vanité vous a aveuglés; chaque nation veut avoir les plus grands savants de la Terre. En vérité Je vous le dis, les scientifiques n'ont pas encore pénétré profondément les arcanes du Seigneur. Je peux vous dire que la connaissance que l'homme a de la vie est encore superficielle. (22, 16-18)

16. Que désirez-vous le plus ardemment sur la Terre, en ces instants? La paix, la santé et la vérité! Je vous dis, certes, que ces dons ne vous seront pas donnés par votre science, comme vous l'avez imaginé.

17. Les savants interrogent la Nature et celle-ci répond à chaque question mais, derrière ces questions, il n'y a pas toujours de bonnes intentions, de bons sentiments, ni de charité. Ce sont les hommes les petits et les sots qui arrachent, de la mère, ses secrets et qui profanent son intimité, non pas dans le but de l'honorer, en prenant de ses sources les éléments utiles pour faire le bien des uns envers les autres, comme de vrais frères, mais à des fins égoïstes et quelquefois perverses.

18. Toute la Création leur parle de Moi et sa voix est d'amour, mais bien peu ont su écouter et comprendre ce langage!

19. Si vous considérez que la Création est un temple dans lequel J'habite, ne craignez-vous pas que Jésus y apparaisse en maniant le fouet et qu'il en expulse les marchands et ceux qui la profanent? (26, 34-37)

20. J'ai révélé à l'homme le don de la science qui est lumière, et avec elle, l'homme a créé des ténèbres et a causé douleur et destruction.

21. Les hommes jugent qu'ils sont à l'apogée du progrès humain, ce à quoi Je leur demande: Avez-vous la paix sur la Terre? Existe-t-il la fraternité parmi hommes, la moralité et la vertu dans les foyers? Respectez-vous la vie de vos semblables? Montrez-vous une quelconque considération pour le faible? Je vous dis, certes, que si ces vertus existaient en vous, vous posséderiez les valeurs les plus élevées de la vie humaine.

22. La confusion existe parmi l'humanité, parce que ceux qui vous ont mené à l'abîme, vous les avez mis sur des piédestaux. Pour cette raison, ne demandez pas pourquoi Je suis venu parmi les hommes, et ne jugez pas la raison de ma communication par le biais de pécheurs et d'ignorants, parce que pas tout ce que vous jugez imparfait, ne l'est forcément. (59, 52-54)

23. Le savant cherche la cause de tout ce qui existe et qui arrive, et espère démontrer avec sa science qu'il n'existe aucun principe ni vérité en dehors de la Nature. Mais Moi je les vois insignifiants, faibles et ignorants. (144, 92)

24. Les hommes de science, pleins de vanité, sont arrivés à considérer les révélations divines comme indignes de leur attention. Ils ne souhaitent pas s'élever spirituellement jusqu'à Dieu, et quand ils ne parviennent pas à comprendre quelque chose de leur entourage, ils le nient pour ne pas devoir confesser leur incapacité et leur ignorance. Bon nombre d'entre eux ne croient que ce qu'ils arrivent à prouver.

25. Quel réconfort ces hommes pourront-ils offrir au coeur de leurs semblables, quand eux-mêmes ne reconnaissent pas le principe de l'amour, qui est ce qui régit la Création, et que de plus, ils ignorent le sens spirituel de la vie? (163, 17-18)

26. Que cette humanité s'est éloignée de mes enseignements! Tout en elle est superficiel, faux, extérieur, fastueux. C'est pourquoi son pouvoir spirituel est nul, et c'est pour compenser son manque de force et de développement en son esprit qu'elle s'est jetée dans les bras de la science, en développant son intelligence.

27. C'est donc ainsi, grâce à la science, que l'homme est arrivé à se sentir fort, grand, et puissant, mais Moi je vous dis que cette force et cette grandeur sont insignifiantes à côté du pouvoir de l'esprit, que vous n'avez pas laissé grandir ni se manifester. (275, 46-47)

28. Aujourd'hui, vous mangez, jour après jour, les fruits amers de l'arbre de la science, si imparfaitement cultivé par les hommes, parce que vous n'avez pas recherché le développement harmonieux de toutes vos facultés. Alors, comment pourrez-vous canaliser vos travaux et vos découvertes dans la voie du bien, si vous avez seulement développé l'intelligence, alors que vous avez abandonné l'esprit et le cœur?

29. Vous avez là les hommes qui s'assimilent aux brutes, en laissant leurs passions en complète liberté, ressentant de la haine pour leurs semblables, assoiffés de sang, et prétendant convertir les peuples frères en esclaves.

30. Si quelqu'un croit que ma Doctrine peut induire à la défaite morale de l'homme, en vérité Je vous le dis, vous vous trompez lourdement et, pour le prouver aux sceptiques, aux matérialistes et aux arrogants de ce temps, Je leur concèderai de récolter le fruit de leur science et qu'ils le mangent jusqu'à se rassasier, jusqu'à ce que la confession jaillisse de leur esprit, en Me disant: " Père, pardonnez-nous, seul votre pouvoir parviendra de faire s'arrêter les forces que, dans notre sottise, nous avons déclenchées! " (282, 15-17)

31. La science humaine est arrivée à la limite à laquelle l'homme peut la pousser en son matérialisme, parce que la science, inspirée par l'idéal spirituel de l'amour, du bien et du perfectionnement, peut s'avancer davantage au-delà du niveau où vous l'avez conduite.

32. La preuve que votre progrès scientifique n'a pas eu l'amour des uns pour les autres comme mobile, est la dégénérescence morale des peuples, les guerres fratricides, la faim et la misère qui règnent partout, dans l'ignorance du spirituel. (315, 53-54)

33. Que voulez-vous que Je vous dise de vos savants d'aujourd'hui, de ceux qui provoquent la Nature et qui défient les forces et les éléments en faisant ressembler le bon au mauvais? Il y aura une grande douleur de couper et de manger un fruit vert de l'arbre de la science, un fruit qui aurait pu mûrir avec amour seulement. (263. 26)

34. Si l'humanité n'est pas en harmonie avec la loi universelle qui régit toute la création, il en résultera une perte de contrôle qui se manifestera dans la force des éléments.

35. L'homme a désagrégé les atomes, et son cerveau évolué profite de cette découverte pour obtenir des forces bien plus grandes encore et pour occasionner la mort.

36. Si l'homme avait évolué spirituellement de pair avec sa science et son intellect, il aurait profité de la découverte de nouveaux éléments au bénéfice de l'humanité. Mais son retard spirituel est grand; c'est pour cela que sa mentalité égoïste a canalisé sa force créative au préjudice de l'humanité, en faisant usage d'éléments de destruction, en se distanciant des principes d'amour et de charité de Jésus. C'est pourquoi, quand vous verrez la pluie de feu tomber du ciel, ce ne sera pas que le ciel s'ouvrira, ni que le feu du soleil vous torturera, non, ce sera l'oeuvre de l'homme qui sèmera la mort et la destruction. (363, 23-25)

37. Les peuples avancent, en croissant toujours plus en connaissances scientifiques, néanmoins, Je vous interroge: Quelle sagesse est celle-ci, qui plus les hommes la pénètrent, plus ils s'éloignent de la vérité spirituelle, dans laquelle existe la source et l'origine de la vie?

38. C'est la science humaine, la sagesse, selon la conception d'un monde malade d'égoïsme et de matérialisme.

39. Alors, cette connaissance est fausse, et cette science est mauvaise, puisque avec elle vous avez créé un monde de douleur. Au lieu de lumière, ce sont les ténèbres, puisque vous poussez les peuples à la destruction.

40. La science est lumière, la lumière est vie, force, santé et paix. Est-ce cela le fruit de votre science? Non, humanité! C'est pourquoi Je vous dis que, tant que vous ne laisserez pas la lumière de la conscience pénétrer les ténèbres de votre compréhension, vos oeuvres ne pourront jamais avoir de principe élevé ou spirituel, et ne resteront jamais que des oeuvres humaines. (358, 31-34)

41. Les médecins seront aussi appelés. Je leur demanderai ce qu'ils ont fait du secret de la santé que Je leur révélai et du baume que Je leur confiai; Je leur demanderai s'ils ont vraiment senti la douleur d'autrui, s'ils ont su descendre jusqu'au lit le plus humble pour guérir, avec amour, celui qui souffre. Que me répondront-ils, ceux qui ont atteint la grandeur, le confort et le luxe au travers de la souffrance de leurs semblables, une douleur qu'ils ne surent pas toujours soulager? Tous s'interrogeront en leur coeur et, devant la lumière de leur conscience, ils devront Me répondre. (63, 62)

42. Combien de morts de l'esprit ne doivent-ils pas errer de par le monde, dans l'attente que la mort corporelle les conduise à ma présence pour écouter la voix du Seigneur qui les élèvera à la vraie vie et les caressera! Quel ardent désir de régénération pourraient-ils avoir nourri sur la Terre, s'ils se considéraient irrémédiablement perdus pour toujours, en dépit de se sentir capables d'un véritable repentir et d'une vraie restitution de leurs fautes?

43. Si les condamnés de l'esprit sont arrivés à Moi sans espérance, ceux du corps, condamnés à mort par les hommes de science, sont aussi parvenus à Ma présence; Moi, qui possède la vie, Je les ai arrachés des griffes de la mort matérielle; mais, que font-ils dans le monde, ceux auxquels J'ai confié la santé de l'esprit de même que celle du corps? Ignorent-ils le haut destin que le Seigneur leur a confié pour son accomplissement? Moi, qui les ai envoyés avec un message de santé et de vie, dois-Je continuellement recevoir leurs victimes? (54, 13-14)

L'inspiration aux scientifiques, par Dieu et le Monde Spirituel           

44. Si les hommes de science, qui meuvent et transforment votre monde, étaient inspirés par l'amour et le bien, ils auraient déjà découvert combien d'éclaircissements j'ai réservé pour la science de cette époque et non cette infime partie grâce à laquelle elle s'est tant enorgueillie!

45. Salomon fut appelé sage parce que ses jugements, ses conseils et ses sentences étaient revêtus de sagesse, et sa réputation traversa les frontières de son royaume, pour arriver à d'autres pays.

46. Mais, bien qu'il fût roi, cet homme s'agenouillait humblement devant son Seigneur, lui demandant sagesse, pouvoir et protection, reconnaissant qu'il n'était seulement que Mon serviteur et c'est devant Moi qu'il déposait son sceptre et sa couronne. Si tous les savants et tous les scientifiques en faisaient autant, combien grande serait leur sagesse, combien d'enseignements encore inconnus leur révéleraient mon Arcane! (1, 57-59)

47. Interrogez vos savants et s'ils sont sincères, ils vous diront qu'ils ont demandé l'inspiration à Dieu. Et Moi je leur donnerais davantage d'inspiration s'ils me la demandaient avec plus d'amour pour leurs frères et moins de vanité pour eux-mêmes.

48. En vérité Je vous le dis, toutes les vraies connaissances que vous avez accumulées viennent de Moi, tout ce quelles renferment de pur et d'élevé, Je l'utiliserai, en ce temps, pour votre bénéfice, car c'est pour cela que Je vous l'ai concédé. (17, 59-60)

49. L'esprit de l'homme a évolué, c'est pourquoi sa science a progressé; Je lui ai permis d'apprendre et de découvrir ce qu'il ignorait hier encore, mais il ne doit pas se consacrer uniquement aux tâches matérielles, Je lui ai accordé cette lumière afin qu'il se façonne sa paix et son bonheur dans la vie spirituelle qui l'attend. (15, 22)

50. Si vous avez utilisé quelques-unes de vos sciences pour M'analyser et Me juger, ne vous paraît-il pas plus raisonnable de les utiliser pour vous analyser vous-mêmes jusqu'à ce que vous connaissiez votre essence et que vous puissiez détruire votre matérialisme? Croyez-vous, peut-être, que votre Père ne puisse vous aider par la voie de vos bonnes sciences? En vérité Je vous le dis, si vous étiez capable de sentir l'essence de l'amour Divin, la connaissance arriverait facilement à votre entendement sans devoir vous fatiguer l'esprit ni vous épuiser par l'étude de connaissances que vous pensez profondes et qui sont vraiment à votre portée. (14, 44)

51. Dans les grandes oeuvres humaines, il y a l'influence et le labeur d'êtres spirituels qui travaillent et vibrent dans les entendements, de façon continue, en inspirant ou en révélant l'inconnu à leurs frères incarnés.

52. C'est pourquoi, en tout temps, je dirai aux savants et aux scientifiques: Vous ne pouvez pas vous vanter de ce que vous comprenez et accomplissez, parce que tout n'est pas votre œuvre. Combien souvent servez-vous d'instrument à ces esprits dont Je vous parle! Est-ce que la portée de vos découvertes ne vous a pas souvent surpris? Ne vous êtes-vous pas confessés, intérieurement, incapables ou incompétents de tenter ce que vous avez déjà réalisé? Votre réponse est là! Alors, pourquoi vous grandissez-vous? Sachez que votre labeur est guidé par des êtres supérieurs. N'essayez jamais de modifier leurs inspirations, parce qu'elles sont toujours orientées vers le bien. (182, 21-22)

53. Pourquoi, si l'humanité a témoigné du développement de la science et a vu des découvertes qu'elle n'aurait pas crues auparavant, se résiste-t-elle à croire en l'évolution de l'esprit? Pourquoi s'obstine-t-elle dans ce qui n'avance pas et engourdit?

54. Ma Doctrine et mes révélations de ce temps sont conformes à votre évolution. Que le scientifique ne s'enorgueillisse pas de son travail matériel ni de sa science, parce qu'en elle Ma révélation a toujours été présente ainsi que l'aide des êtres spirituels qui vous inspirent depuis l'au-delà.

55. L'homme fait partie de la Création, il doit accomplir une mission, à l'instar de toutes les créatures du Créateur, mais une nature spirituelle, une intelligence et une volonté propre lui ont été données, afin qu'au travers de ses efforts, il atteigne le développement et le perfectionnement de l'esprit, qui est le plus élevé qu'il possède. Au moyen de l'esprit, l'homme peut concevoir son Créateur, comprendre ses bienfaits, de même qu'admirer sa sagesse.

56. Si au lieu de vous enorgueillir de vos connaissances terrestres, vous vous identifiiez à toute mon Oeuvre, il n'existerait de mystères pour vous, vous vous reconnaîtriez comme frères, et vous vous aimeriez les uns les autres comme Moi je vous aime: en vous, il y aurait bonté, charité, amour, et par conséquent, union avec le Père. (23, 5-7)

Reconnaissance des scientifiques qui oeuvrent pour le bien de l'Humanité           

57. La science humaine est l'expression matérialisée de la capacité spirituelle que l'homme a atteinte en ce temps. L'œuvre des hommes, dans cette ère, n'est pas seulement le produit de leur intelligence, mais de leur évolution spirituelle. (106, 6)

58. La science matérielle vous a révélé beaucoup de mystères, cependant, n'attendez jamais que ce soit votre science qui vous révèle tout que vous devez savoir. La science des hommes de ces temps eut aussi ses prophètes, dont l'humanité se moqua et qu'elle jugea déments, mais par la suite, en vérifiant l'accomplissement de ce qu'ils prédirent, vous vous êtes émerveillés. (97, 19)

59. Vos yeux n'ont pas souhaité contempler la lumière que chacun de mes envoyés vous apporta comme un message d'amour; envoyés que vous appelez aussi prophètes, voyants, illuminés, docteurs, philosophes, scientifiques ou pasteurs.

60. Ces hommes ont brillé et vous n'avez pas souhaité voir leur lumière, ils sont allés au-devant de vous et vous n'avez pas souhaité suivre leurs pas; ils vous laissèrent l'exemple du chemin du sacrifice, de la douleur, de la charité et vous avez craint de les imiter, en ignorant que la douleur de ceux qui Me suivent est une joie de l'esprit, un chemin de fleurs et un horizon plein de promesses.

61. Ils ne vinrent pas pour sentir l'arôme des fleurs de la Terre, ni pour s'enivrer dans les plaisirs fugaces du monde, parce que l'aspiration de leur esprit ne tendait déjà plus à l'impur, mais vers l'élevé.

62. Ils souffrirent, mais ne cherchèrent pas à être consolés, car ils savaient qu'ils étaient venus pour consoler. Ils n'attendaient rien du monde, parce qu'ils attendaient, après la lutte, la joie de contempler la résurrection à la foi et à la vie des esprits, de tous ceux qui étaient morts à la vérité.

63. Qui sont-ils, ces êtres dont Je vous parle? Je vous dis qu'il s'agit de tous ceux qui vous ont apporté des messages de lumière, d'amour, d'espoir, de santé, de foi, de salut. Peu importe le nom qu'ils aient porté, ou le chemin sur lequel vous les ayez vus apparaître, ou le titre dont ils aient fait ostentation sur la Terre. (263, 20-24)

64. Je ne désavoue pas les hommes de science, puisque c'est Moi qui leur ai donné la mission qu'ils réalisent, mais beaucoup d'eux ont manqué à la prière, la charité, et l'élévation de l'esprit pour être les vrais docteurs de l'humanité. (112, 25)

65. Les hommes d'aujourd'hui ont étendu leurs territoires, ils commandent et voyagent partout dans le monde. Il n'y a déjà plus de continents, de terres ni de mers ignorés; ils ont tracé des chemins par terre, par mer, par air, et cependant, non conformes avec ce qu'ils possèdent en héritage sur leur planète, ils sondent et scrutent, à présent, le firmament à la recherche de plus grands domaines.

66. Je bénis, en mes enfants, l'ardent désir du savoir. Leur ambition d'être savants, grands et forts me plaît infiniment, mais ce que n'approuve pas ma justice, c'est la vanité où souvent ils fixent leurs ambitions ou la finalité égoïste qu'ils poursuivent parfois. (175, 7-8)

67. J'ai doté l'homme d'intelligence qui lui permet d'analyser en profondeur la composition de la nature et ses manifestations et lui ai permis de contempler une partie de l'Univers, et de sentir les manifestations de la vie spirituelle.

68. Parce que ma Doctrine n'enferme pas les esprits, et qu'elle n'arrête pas l'évolution de l'homme; mais au contraire, elle le libère et l'éclaire pour qu'il analyse, raisonne, enquête et travaille. Cependant, ce que l'homme croit être l'apogée de sa recherche intellectuelle, n'est à peine que le commencement! (304, 6)


Chapitre 51 - Les puissants; Abus de pouvoir et guerres

Le délire transitoire du pouvoir et la grandeur terrestre           

1. C'est Moi qui dispose les épreuves sur votre chemin pour arrêter votre esprit quand celui-ci s'écarte du chemin de ma Loi pour n'être soumis qu'à son libre arbitre. Examinez le fond des épreuves, Je vous y autorise, afin que vous vérifiiez que chacune d'elles est comme un ciseau qui polit votre cœur. C'est une des raisons pour laquelle la douleur vous rapproche de Moi.

2. Mais l'homme a toujours recherché les plaisirs, il a poursuivi le pouvoir et la grandeur pour s'emparer de la Terre et être le roi de ses propres frères.

3. Si Je vous ai créés tous avec le même amour, pourquoi certains se sont-ils prétendus supérieurs aux autres? Pourquoi y a-t-il eu ceux qui ont conduit l'humanité sous l'humiliation et le fouet? Pourquoi y a-t-il celui qui répudie l'humble et dont le cœur ne s'émeut pas pour infliger la souffrance à ses semblables? C'est parce que ce sont des esprits qui ne M'ont pas encore reconnu comme le Père qui aime toutes ses créatures, et comme le seul propriétaire de toutes les existences.

4. Voilà pourquoi il existe des hommes qui usurpent et ne reconnaissent pas les droits sacrés de l'homme. Ils me servent d'instruments pour Ma justice et, se croyant les seigneurs et les rois, ils ne sont seulement que des serviteurs. Pardonnez-leur! (95, 7-8)

5. Observez les monarques et les seigneurs de la Terre. Que leur gloire et leur règne sont brefs! Aujourd'hui, leurs peuples les élèvent et demain ils les font chuter de leur trône.

6. Que personne ne cherche son trône dans cette vie, parce qu'en croyant progresser, il s'arrêtera, or votre destin est de marcher sans vous arrêter, jusqu'à parvenir aux portes de mon royaume. (124, 31)

7. En vérité Je vous le dis, les puissants d'aujourd'hui s'éteindront pour céder le pas à ceux qui seront grands et forts, puissants et sages grâce à l'amour et à la charité qu'ils manifesteront à l'égard de leurs semblables. (128, 50)

8. Les hommes qui, pour le moment, ne nourrissent seulement que des ambitions de pouvoir et de grandeur terrestres, savent que leur ennemi le plus puissant est la spiritualité. C'est pourquoi ils la combattent et, lorsqu'ils pressentent que la lutte se fait proche, la bataille de l'esprit contre le mal, ils craignent de perdre leurs possessions et, pour cela, résistent face à la lumière qui, sous forme d'inspiration, les surprend à chaque pas. (321, 12)

9. Qu'ils sont nécessiteux lorsqu'ils arrivent devant ma porte céleste, ceux qui furent grands et puissants sur la Terre, car ils oublièrent les joyaux spirituels et le chemin de la vie éternelle! Pendant que la vérité de mon Royaume est révélée aux humbles, elle est cachée aux savants et aux cultivés, parce qu'ils feraient de la sagesse spirituelle ce qu'ils ont fait de la science matérielle: ils rechercheraient, dans cette lumière, des trônes pour leur vanité et des armes pour leurs guerres. (238, 68)

L'exercice hautain du pouvoir sur les personnes et les peuples           

10. Voyez les hommes qui gouvernent les peuples, qui créent des doctrines et les leur imposent. Chacun clame publiquement la supériorité de sa doctrine, mais Moi je vous demande: Quel en a été le fruit? Les guerres, avec leur cortège de misères, de souffrances, de destruction et de mort. Ce fut la récolte que les apôtres de telles théories, ont recueillie, ici sur la Terre.

11. Remarquez que Je n'ai pas contrarié le libre arbitre de l'humanité, encore que Je puisse vous dire que, par-dessus cette liberté, la conscience parle incessamment au cœur de celui qui s'écarte de la justice, de la charité ou de la raison. (106, 11)

12. Si le Christ revenait en cette époque, sur la Terre, en tant qu'homme, il ne dirait plus, comme sur le Calvaire: " Père, pardonnez-leur, car ils ne savent pas ce qu'ils font ", parce que maintenant vous recevez, sur vous, la pleine lumière de la conscience et que l'esprit a beaucoup évolué. Qui ignore que Je suis le donneur de la vie et que, par conséquent, personne ne peut prendre celle de son frère? Si l'homme ne peut pas donner l'existence, il n'est pas non plus autorisé à prendre ce qu'il ne peut pas rendre.

13. Humanité, croyez-vous que vous observez ma Loi par le seul fait de dire que vous avez une religion et que vous réalisez un culte externe? La Loi vous dit: " Tu ne tueras point ", et vous profanez ce commandement en répandant, à torrents, le sang de vos frères sur l'autel de votre péché. (119, 27-28)

14. Je propose que le monde soit en paix, mais l'orgueil des nations gonflées avec leur faux pouvoir et leur fausse splendeur repousse tout appel de la conscience, pour se laisser entraîner seulement par leurs ambitions et leurs haines.

15. L'homme ne s'incline pas encore du côté du bien, de la justice et de la raison; les hommes se lèvent encore pour juger la cause de leurs semblables; ils croient encore qu'ils peuvent rendre la justice. Ne croyez-vous pas qu'au lieu de juges, ils devraient s'appeler assassins et bourreaux?

16. Les hommes du pouvoir ont oublié qu'il existe un propriétaire de toutes les vies, et eux prennent la vie de leurs semblables comme si celle-ci leur appartenait; les multitudes réclament du pain, de la justice, un foyer, des habits. La justice, c'est Moi qui la rendrai, pas les hommes, ni leurs doctrines. (151, 70-72)

17. Peuple béni, ces hommes, qui surgissent pleins de grandeur et de prédominance au sein des nations et peuples de la Terre, sont de grands esprits investis de pouvoir et porteurs de grandes missions.

18. Ils ne sont pas au service de ma Divinité, ils n'ont pas disposé leur grandeur et leurs dons au service de l'amour et de la charité; ils ont formé leur monde, leur loi et leur trône; leurs vassaux, leurs autorités, et tout ce qu'ils peuvent ambitionner.

19. Cependant, quand ils sentent leur trône vaciller face aux épreuves, quand ils sentent une invasion imminente d'un ennemi puissant, ou quand ils voient que leurs richesses et leurs noms sont en danger, ils se lèvent avec toute leur force, pleins de fausse grandeur, de vanité terrestre, de haine et de mauvaise volonté, et se lancent contre l'ennemi, peu importe que leur action, leur idée, ne laisse, derrière elle, que la trace de la douleur, de la destruction et du mal. Ils recherchent seulement la destruction de l'ennemi et l'érection d'un plus grand trône, pour avoir une plus grande autorité sur les peuples, sur les richesses, sur le pain quotidien et sur la vie même des hommes. (219, 25)

20. Aujourd'hui, sur la Terre, il ne devrait plus y avoir de royaumes ni de peuples forts qui humilient les faibles, et pourtant, ils existent, comme une preuve que prévalent encore, en l'homme, les tendances primitives de pouvoir dépouiller le faible par l'usage de la force, et de conquérir par la violence. (271, 58)

21. Comme les hommes sont loin de comprendre la paix spirituelle qui régnera dans le monde! Ils essaient de l'imposer au travers de la force et de menaces. Cela, c'est le fruit de leur science dont ils se vantent!

22. Ce n'est pas que Je vienne désavouer ou M'opposer aux progrès de l'humanité, car ils sont aussi une preuve d'évolution spirituelle; mais si Je vous manifeste que leur étalage de force et de puissance terrestre ne me sied pas, parce que avec elle, au lieu d'alléger la croix de l'humanité, vous outragez les principes les plus sacrés, vous attentez contre les vies qui ne vous appartiennent pas et vous engendrez la douleur, les larmes, le deuil et le sang, au lieu de paix, de santé et de bien-être. Si la source dont vous prenez votre science, qui est ma propre Création, est inépuisable d'amour, de sagesse, de santé et de vie, pourquoi vos actions manifestent-elles le contraire?

23. Comme Je le prêchai depuis le Second Temps, Je veux l'égalité entre mes enfants, mais pas comme la conçoivent les hommes, au niveau matériel uniquement. Je vous inspire l'égalité grâce à l'amour, en vous faisant comprendre que tous, vous êtes frères, vous êtes enfants de Dieu. (246, 61-63)

Réflexions à propos de la deuxième guerre mondiale           

24. Ce sont des temps d'épreuves, de détresses et d'amertumes, des temps où l'humanité souffre les conséquences de tant de haine et de mauvaise volonté des uns envers les autres.

25. Voyez les champs de bataille où s'entendent seulement le fracas des armes et les soupirs angoissés des blessés. Des montagnes de cadavres mutilés qui, hier encore, furent les corps vigoureux de jeunes hommes. Les imaginez-vous quand, pour la dernière fois, ils serrèrent dans leurs bras, leur mère, leur épouse ou leur enfant? Qui peut, sans avoir bu de ce calice, imaginer la douleur de ces adieux?

26. Des milliers et des milliers de parents, d'épouses et d'enfants angoissés ont vu partir leurs êtres aimés pour les champs de guerre, de haines et de vengeance, forcés par la convoitise et l'orgueil de quelques hommes sans lumière ni amour pour leurs semblables.

27. Ces légions d'hommes jeunes et forts n'ont pas pu regagner leur foyer, parce qu'elles furent détruites sur les champs; mais là, la terre, la mère terre, plus miséricordieuse que les hommes qui gouvernent les peuples et qui se croient les maîtres de la vie de leurs semblables, a ouvert sa poitrine pour les recevoir et les couvrir avec amour. (9, 63-66)

28. Mon Esprit veille pour chaque être, et Je reste en attente jusqu'à la dernière de vos pensées.

29. En vérité Je vous le dis, là au milieu des armées qui combattent pour des idéaux et des ambitions terrestres, J'ai découvert, pendant leurs moments de repos, les hommes de paix et de bonne volonté, convertis en soldats par la force. Les soupirs s'échappent de leur coeur quand Mon nom jaillit de leurs lèvres et les larmes coulent sur leurs joues avec le souvenir des leurs: parents, épouses, enfants ou frères. Alors leur esprit, sans autre temple que le sanctuaire de leur foi, sans autre autel que leur amour, sans autre lumière que celle de leur esprit, s'élève à Moi en demandant pardon pour les morts qu'il a causées involontairement avec ses armes. Ils Me cherchent pour me demander, avec toutes les forces de leur être, de leur permettre de regagner leur foyer ou que, du moins, s'ils doivent tomber sous l'attaque de l'ennemi, Je recouvre, de mon manteau de miséricorde, ceux qu'ils laissent sur la Terre.

30. À tous ceux qui cherchent Mon pardon de cette manière, Je leur donne Ma bénédiction car ils ne sont pas coupables de tuer, parce que ce sont d'autres, les assassins, ceux qui devront Me répondre de ce qu'ils ont fait des vies humaines, à l'heure de leur jugement.

31. Beaucoup de ceux qui aiment la paix, se demandent pourquoi J'ai permis qu'ils soient emmenés vers les mêmes champs de bataille et de mort, ce à quoi Je vous dis que si leur intelligence humaine n'est pas capable de comprendre la raison qui existe au fond de tout ceci, leur esprit, en revanche, sait qu'il est en train d'accomplir une restitution. (22, 52-55)

32. A ceux qui me suivent, Je leur laisse la paix du monde pour qu'ils veillent et prient pour lui. Les nations élèveront bientôt leurs prières pour me demander la paix, qu'à chaque instant Je leur ai proposée.

33. Auparavant, J'ai permis que les hommes goûtent le fruit de leur œuvre, qu'ils voient couler des fleuves de sang humain, qu'ils contemplent des tableaux de souffrance, des montagnes de cadavres et des villes converties en ruines. J'ai voulu que les hommes au coeur insensible voient la désolation des foyers, le désespoir parmi les innocents, les mères qui, devenues folles de douleur, embrassent les corps déchiquetés de leurs enfants. J'ai voulu qu'ils palpent tout le désespoir, l'angoisse et la lamentation de l'humanité, afin qu'ils ressentent l'humiliation en leur orgueil, et que leur conscience leur révèle que leur grandeur, leur pouvoir et leur sagesse ne sont que mensonges, et que ce qui est vraiment grand provient seulement de l'Esprit Divin.

34. Lorsque ces hommes ouvriront leurs yeux à la vérité, ils seront horrifiés, non pas des scènes observées, mais d'eux-mêmes. Et, ne pouvant fuir le regard et la voix de leur conscience, ils sentiront dans leur for intérieur les ténèbres et le feu du remords, car ils auront à rendre compte de chaque vie, de chaque douleur et jusqu'à la dernière goutte de sang qui, à cause d'eux, a été versée. (52, 40)

35. Pas à pas, les peuples avancent en direction de la vallée où ils devront se réunir pour être jugés.

36. Et ceux qui font la guerre osent encore prononcer mon nom en levant leurs mains couvertes du sang de leurs frères. Sont-ce là, par hasard, les fleurs ou les fruits de la doctrine que Je vous ai enseignée? N'apprîtes-vous pas de Jésus comment il pardonnait et bénissait celui qui l'offensait et qu'il mourut en donnant la vie à ses bourreaux?

37. Les hommes ont douté de ma parole et manqué de foi; c'est pourquoi ils ont tout confié à leur force. Alors Je les ai laissé se tromper par eux-mêmes, et recueillir le fruit de leurs actes, parce que ce n'est qu'ainsi qu'ils ouvriront les yeux pour comprendre la vérité. (119, 31-33)

Le caractère méprisable et l'absurdité des guerres           

38. Il est temps que l'amour, le pardon et l'humilité jaillissent du coeur de l'humanité comme des armes véritables pour s'opposer à la haine et à l'orgueil. Tant que la haine rencontrera la haine et que l'orgueil se heurtera à l'orgueil, les peuples s'éteindront et les cœurs ne connaîtront pas de paix.

39. L'humanité à refusé de comprendre que son bonheur et son progrès ne peuvent se trouver que dans la paix, et elle continue de poursuivre ses idéaux de puissance et de fausse grandeur en versant le sang, en arrachant des vies et en détruisant la foi des hommes. (39, 29-30)

40. L'année 1945 emporta les dernières ombres de la guerre; la faucille faucha des milliers de vies et des milliers d'esprits retourneront à la vallée spirituelle. La science stupéfia le monde et, avec ses armes destructrices, elle fit trembler la Terre. Ceux qui triomphèrent se convertirent en juges et bourreaux des vaincus. La douleur, la misère et la faim s'étendirent en laissant, comme trace de leur passage, un sillage de veuvage, d'orphelins et de froid. Les fléaux avancent de nation en nation, et jusqu'aux éléments font entendre leur voix de justice et de reproche pour tant de méchanceté. Un manteau de destruction, de mort et de désolation est l'empreinte que l'homme, qui se dit civilisé, laissa sur la surface de la planète. Ceci représente la récolte que M'offre cette humanité, mais Moi je vous demande: Cette récolte est-elle digne d'entrer dans mes granges? Le fruit de votre méchanceté mérite-t-il d'être reçu par votre Père? En vérité Je vous le dis, cet arbre est très loin d'être celui que vous pourriez avoir semé si vous aviez observé ce commandement divin qui vous ordonne de vous aimer les uns les autres. (145, 29)

41. Quand parviendrez-vous à la paix de l'esprit, si vous n'avez même pas réussi à obtenir la paix du cœur? Moi Je vous dis qu'aussi longtemps que la dernière arme meurtrière n'aura pas été détruite, il n'y aura aucune paix parmi les hommes. Les armes meurtrières sont toutes celles avec lesquelles les hommes s'ôtent la vie, assassinent la morale, se privent de la liberté, se ruinent la santé, se quittent la paix ou se détruisent la foi. (119, 53)

42. Je prouverai à l'humanité que ses problèmes ne se résoudront pas par la force et qu'aussi longtemps qu'elle fera usage d'armes de destruction et de mort, aussi terribles et fortes puissent-elles paraître, celles-ci ne seront pas capables d'établir la paix entre les hommes; au contraire, elles entraîneront, en conséquence, de plus grandes haines et désirs de vengeance. Seuls la conscience, la raison et les sentiments de charité pourront être les fondations sur lesquelles une ère de paix pourra s'établir. Mais, pour que cette lumière brille à l'intérieur des hommes, il est impérieux qu'auparavant ils boivent jusqu'à la dernière goutte du calice d'amertume. (160, 65)

43. Si le coeur des hommes ne s'était pas autant endurci, la douleur de la guerre aurait suffi pour le faire réfléchir à ses erreurs et il aurait repris le chemin de la lumière; mais il garde encore l'amer souvenir de ces boucheries humaines et se prépare déjà à une nouvelle guerre.

44. Comment pourrez-vous concevoir que Moi, le Père, l'Amour Divin, Je sois capable de vous punir au travers de guerres? Croyez-vous que Celui qui vous aime d'un amour parfait et qui souhaite que vous vous aimiez les uns les autres, puisse vous inspirer le crime, le fratricide, la mort, la vengeance et la destruction? Ne comprenez-vous pas que tout ceci est dû au matérialisme que l'humanité a accumulé dans son cœur? (174, 50-51)

45. J'ai conçu l'homme libre, depuis le commencement, mais sa liberté a toujours été accompagnée de la lumière de la conscience; Malgré cela, il a fait la sourde oreille à la voix de son juge intérieur, en se distanciant du chemin de la loi, jusqu'au point de créer ces guerres fratricides, sanglantes et monstrueuses au cours desquelles le fils s'est soulevé contre le Père, parce qu'il a dévié de tout sentiment d'humanité, de charité, de respect et de spiritualité.

46. Les hommes devraient déjà fuir la destruction et les guerres, et s'éviter une restitution douloureuse; sachez que s'ils ne parviennent pas à se purifier dans le bien avant d'arriver à Moi, Je devrai les renvoyer à cette vallée de larmes et de sang, car celui qui marche à contresens de la perfection ne pourra pas arriver jusqu'à Moi. (188, 6-7)

47. Tous les hommes ne se trouvent pas au même niveau de compréhension: pendant que les uns s'émerveillent à chaque pas, d'autres considèrent tout imparfait; pendant que les uns rêvent de la paix comme du faîte de la spiritualité et de la morale du monde, d'autres proclament que ce sont les guerres qui font évoluer les hommes.

48. A ce sujet, Je vous dis: Les guerres ne sont pas nécessaires pour l'évolution du monde; si les hommes les utilisent pour leurs fins ambitieuses et égoïstes, c'est à cause de l'état de matérialité où se trouvent ceux qui les promeuvent. Et entre eux, il y a ceux qui ne croient seulement qu'en l'existence de ce monde, puisqu'ils ignorent ou renient la vie spirituelle et qu'ils sont considérés comme sages pour l'Humanité; c'est pourquoi il est impérieux que cette révélation soit connue de tous! (227, 69-70)


Chapitre 52 - Injustice et effritement de l'Humanité

La soumission et l'exploitation des faibles par les puissants           

1. Si les hommes comprenaient que la Terre a été créée pour tous et s'ils savaient partager, de manière juste, avec leurs frères, les trésors matériels et spirituels dont est parsemée son existence, en vérité Je vous le dis, c'est ici, dans ce monde, que vous commenceriez à ressentir la paix du Royaume spirituel. (12, 71)

2. Ne croyez-vous pas que la division de l'humanité en peuples et en races relève plutôt du primitif? Ne pensez-vous pas que, si votre progrès au sein de votre civilisation dont vous êtes si fiers, était réel, la loi de la force et de la méchanceté ne serait pas encore toujours la dominante, mais que tous les actes de votre vie seraient régis par la loi de la conscience? Et vous, Mon peuple, ne vous placez pas en marge de ce jugement, parce que parmi vous aussi Je découvre des guerres et des divisions. (24, 72)

3. Ayez à l'esprit l'exemple du peuple d'Israël, celui dont parle l'histoire, très longtemps il dut errer dans le désert; il lutta pour fuir la captivité et l'idolâtrie d'Egypte, mais aussi pour atteindre une terre de paix et de liberté.

4. Aujourd'hui, toute cette humanité ressemble à ce peuple captif du Pharaon; des croyances, des doctrines et des lois sont imposées aux hommes; la majorité des nations sont esclaves d'autres plus fortes; la lutte âpre et le travail forcé, sous les coups de la faim et de l'humiliation, constituent le pain amer que consomme, à présent, une grande partie de l'humanité.

5. Tout ceci entraîne qu'un ardent désir de libération, de paix et d'une vie meilleure se développe dans le coeur des hommes. (115, 41-43)

6. Ce monde, qui devrait être le foyer d'une seule famille qui inclue toute l'humanité, est une pomme de discorde, et un motif d'ambitions absurdes, de trahisons et de guerre. Cette vie, qui devrait être mise à profit pour l'étude, la méditation et l'effort pour arriver à la vie éternelle grâce aux épreuves et aux leçons bénéfiques pour l'esprit, est mal interprétée par l'humanité, qui laisse son coeur s'empoisonner de rébellion, d'amertume, de matérialisme et de non-conformité. (116, 53)

7. Pauvres peuples de la Terre, les uns asservis, les autres humiliés, et le reste dépouillés par leurs propres gouvernants et représentants!

8. Votre coeur n'aime déjà plus ceux qui vous gouvernent sur la Terre, parce que votre confiance a été trahie; vous ne confiez déjà plus en la justice ou en la magnanimité de vos juges, vous ne croyez plus aux promesses, aux mots et aux sourires. Vous avez vu que l'hypocrisie s'est emparée des cœurs et qu'elle a établi, sur la Terre, son règne de mensonges, de faussetés et de tromperies.

9. Pauvres peuples qui portent le travail sur leurs épaules comme un fardeau insupportable! Ce travail, qui n'est déjà plus cette loi bénie par laquelle l'homme obtenait ce qui lui était nécessaire pour subsister, s'est converti en une lutte désespérée et angoissée pour la vie. Et, qu'obtiennent les hommes en échange de leur force et de leur vie? Une croûte de pain et un calice d'amertume.

10. En vérité Je vous le dis, ce n'est pas cela, la nourriture que Je déposai sur la Terre pour votre plaisir et votre conservation, ceci est le pain de la discorde, des vanités, des sentiments inhumains, enfin, c'est la preuve de la médiocrité ou de l'absence totale d'élévation spirituelle de ceux qui vous conduisent par la vie humaine.

11. Je vois que vous vous arrachez le pain les uns des autres; que les ambitieux ne supportent pas de voir les autres posséder quelque chose, car ils le veulent pour eux-mêmes; je vois que les forts s'emparent du pain des faibles et que ceux-ci se contentent de regarder les puissants manger et se réjouir.

12. Alors, Je m'interroge: Quel est le progrès moral de cette humanité? Où en est le développement de ses plus nobles sentiments?

13. En vérité Je vous les dis, à l'époque où les hommes vivaient dans des cavernes et se couvraient de peaux de bêtes, ils s'arrachaient aussi la nourriture de la bouche les uns des autres; les plus forts emportaient aussi la plus grande quantité, le travail des faibles bénéficia aussi à ceux qui s'imposaient par la force, les hommes s'entretuaient aussi, de même que les tribus et les peuples.

14. Où est la différence entre l'humanité d'hier et celle d'aujourd'hui?

15. Oui, Je sais que vous me direz que vous avez atteint un certain niveau de progrès. Je sais que vous me parlerez de votre civilisation et de votre science, mais alors Je vous dirai que tout cela est précisément le masque de l'hypocrisie, derrière lequel vous cachez la vérité de vos sentiments et de vos impulsions encore primitives, parce que vous ne vous êtes pas le moins préoccupé du développement de l'esprit, pour observer ma Loi.

16. Je ne vous dis pas de ne pas explorer la science, non, bien au contraire: cherchez, analysez, grandissez et multipliez-vous en connaissance et en intelligence dans le cadre de la vie matérielle, mais soyez charitables les uns envers les autres; respectez les droits sacrés de vos semblables, comprenez qu'il n'existe aucune loi qui autorise l'homme à disposer de la vie de son frère; en résumé, humanité, faites quelque chose pour appliquer, à votre vie, mon plus grand commandement: " Aimez-vous les uns les autres! " afin de sortir de cet enlisement moral et spirituel dans lequel vous avez sombré. Lorsque tombera de votre visage le voile du mensonge qui l'a recouvert, votre lumière jaillira, la sincérité brillera et la vérité s'établira dans votre vie. C'est alors que vous pourrez affirmer que vous avez progressé!

17. Fortifiez-vous spirituellement grâce à la pratique de mes enseignements afin que, dans le futur, vos paroles soient toujours cautionnées par de vraies actions de charité, de sagesse et de fraternité. (325, 10-20)

18. Je vous envoie ma paix mais, en vérité Je vous le dis, tant qu'il y aura des hommes qui possèdent tout ce dont ils ont besoin en oubliant ceux qui meurent de faim, il n'existera de paix sur la Terre.

19. La paix ne se trouve pas dans les grandeurs humaines, ni dans les richesses. Elle est dans la bonne volonté, dans l'amour des uns pour les autres, dans le service et le respect des uns pour les autres. Ah! Si seulement le monde pouvait comprendre ces leçons, les haines disparaîtraient et l'amour naîtrait dans le coeur humain. (165, 71-72)

La perversité de l'humanité           

20. L'humanité fait naufrage au milieu d'une tempête de péchés et de vices. L'homme, quand il devient adulte, n'est pas le seul à contaminer son esprit en autorisant le développement de leurs passions; l'enfant aussi, dans sa tendre enfance, voit chavirer la nacelle dans laquelle il navigue.

21. Ma parole pleine de révélations surgit au milieu de cette humanité, comme un immense phare qui indique la route véritable aux naufragés et ravive l'espoir de ceux qui perdaient la foi. (62, 44)

22. L'humanité s'est multipliée en même temps que son péché. Dans le monde, il ne manque pas de villes, semblables à Sodome et Gomorrhe, dont le caractère scandaleux se répercute sur toute la Terre et empoisonne les cœurs. Il ne reste, de ces villes pécheresses, aucun vestige, bien que leurs habitants n'étaient pas hypocrites vu qu'ils commettaient le péché à la lumière du jour.

23. Mais cette humanité d'aujourd'hui qui se cache dans l'ombre pour laisser déborder ses passions, et qui ensuite apparente la rectitude et la propreté, connaîtra un jugement plus sévère que Sodome.

24. C'est l'héritage funeste de toutes les générations passées qui, avec ses ambitions, ses vices et ses maladies, produit ses fruits à notre époque. C'est l'arbre du mal qui a grandi dans le coeur des hommes, un arbre qui a été fécondé de péchés dont les fruits continuent à tenter l'homme et la femme, en faisant sombrer de nouveaux cœurs, jour après jour.

25. Dans l'ombre de cet arbre gisent des hommes et des femmes sans forces qui ne peuvent se libérer de son influence; il s'y trouve des vertus brisées, des honneurs tachés et beaucoup de vies tronquées.

26. Ce ne sont pas seulement les adultes qui courent, attirés par les plaisirs du monde et de la chair, mais aussi les adolescents et même jusqu'aux enfants; le poison accumulé à travers les âges les a tous atteints. Quant à ceux qui ont réussi à s'échapper de la funeste influence du mal, que font-ils pour ceux qui se sont perdus? Ils les jugent, les censurent et se scandalisent de leurs actes. Peu nombreux sont ceux qui prient pour ceux qui se perdent en chemin, et encore moins ceux qui consacrent une partie de leur vie à combattre le mal.

27. En vérité Je vous le dis, mon Royaume ne s'établira pas parmi les hommes, tant que vivra l'arbre du mal! Il est impérieux de détruire ce pouvoir, et pour ce faire, il faut posséder l'épée de l'amour et de la justice, la seule à laquelle ne pourra résister le péché. Comprenez que ce ne seront ni les jugements, ni le châtiment, mais plutôt l'amour, le pardon et la charité, ce qui constitue l'essence de ma doctrine, la lumière qui éclaire vos chemins, et l'enseignement qui conduiront l'humanité au salut. (108, 10-14)

28. Votre matérialisme a converti l'Eden, que Je confiai à l'homme, en un enfer.

29. Fausse est la vie que mènent les hommes, comme le sont aussi leurs plaisirs, leur pouvoir et leur richesse. Fausse sont aussi leur sagesse et leur science.

30. Riches et pauvres, vous vous inquiétez de l'argent, dont la possession est trompeuse, la douleur et la maladie vous préoccupent et l'idée de la mort vous fait trembler. Quelques-uns craignent de perdre ce qu'ils ont et d'autres s'inquiètent de posséder ce qu'ils n'ont jamais eu. Quelques-uns possèdent tout en excès, pendant que d'autres manquent de tout. Mais toutes ces luttes, ces passions, ces besoins et ces ambitions ne traitent que de la vie matérielle, de la faim du corps, de bas instincts, d'ardents désirs humains, comme si elles manquaient, en réalité, d'esprit.

31. Le monde et la matière ont vaincu temporairement l'esprit, en commençant par le réduire en esclavage et en terminant par annuler sa mission dans la vie humaine. Comment n'allez-vous pas vous rendre compte que cette faim, cette misère, cette douleur et cette angoisse qui dépriment votre vie, ne sont autres que le fidèle reflet de la misère et de la douleur de votre esprit? (272, 29-32)

32. Le monde nécessite ma parole, les peuples et les nations ont besoin de mes leçons d'amour, le gouvernant, le scientifique, le juge, celui qui guide les esprits, celui qui enseigne, tous ont besoin de la lumière de ma vérité, et c'est précisément la raison pour laquelle Je suis venu en ce Temps, pour illuminer l'homme dans son esprit, dans son cœur et dans son entendement. (274, 14)

33. Votre planète n'est pas encore une demeure d'amour, de vertu ou de paix. J'envoie des esprits propres à votre monde, et vous me les rendez impurs, parce que la vie des hommes est saturée de péché et de perversité.

34. Je contemple les vertus comme de petites lumières isolées entre les esprits, fouettées par les ouragans de l'égoïsme, des ressentiments et des haines; c'est cela le fruit que M'offre l'humanité. (318, 33-34)

Le monde fourvoyé d'une humanité immature           

35. Vous avez des gouvernants dans le cœur desquels ne s'abrite ni la justice ni la magnanimité nécessaires pour gouverner leur peuple, car ils poursuivent l'idéal mesquin du pouvoir et de la richesse. Des hommes qui se prétendent Mes représentants mais qui ne pratiquent pas l'amour pour leurs semblables. Des médecins qui ne savent pas l'essence de leur mission, qui est la charité, et des juges qui confondent la justice avec la vengeance et qui utilisent la loi à des fins perverses.

36. Celui qui dévie de son chemin, en déviant le regard de cette lumière qu'il porte dans le phare de sa conscience, n'imagine pas le jugement qu'il se prépare lui-même.

37. Il y a aussi ceux qui se sont accaparés de missions qui ne leur correspondent pas et qui, par leurs erreurs, fournissent la preuve de manquer, dans l'absolu, des dons indispensables pour remplir la fonction qu'ils ont assumée par eux-mêmes.

38. C'est ainsi que vous pouvez trouver des ministres de Dieu qui ne le sont pas, parce qu'ils ne furent pas envoyés dans ce dessein; des hommes qui conduisent des peuples et qui ne sont pas capables de guider leurs propres pas; des professeurs ou des maîtres qui manquent du don d'enseignement et qui, au lieu d'éclairer, créent la confusion; et des docteurs dont le cœur n'a éprouvé aucune pitié face à la douleur d'autrui, ignorant que celui qui possède vraiment ce don est un apôtre du Christ.

39. Les hommes ont profané toutes mes institutions, mais l'heure a sonné que tous leurs actes soient jugés. Ce jugement, il M'appartient de le rendre; c'est la raison pour laquelle Je vous dis de veiller et d'observer mes préceptes d'amour et de pardon. (105, 16-19)

40. Observez ce monde, hautain, provocateur, et orgueilleux de toutes les œuvres des hommes par lesquelles ils ahurissent les générations de ce siècle. La plupart ne croient ni aiment le spirituel, et par conséquent, ils ne prient ni ne pratiquent ma Loi. Néanmoins, ils sont satisfaits et fiers de pouvoir montrer un monde prodigieux, de merveilles créées grâce au pouvoir de leur science.

41. Eh bien, ce monde merveilleux des hommes, réalisé à travers des siècles de science, de luttes, de guerres et de larmes, ils vont le détruire de leurs propres mains et avec leurs propres armes, parce que le temps est proche où l'humanité se rendra compte de l'inconsistance et de la fragilité de ses œuvres, auxquelles il manqua l'amour, la justice et le vrai désir ardent de perfectionnement.

42. Vous saurez déjà bien assez tôt que vous n'êtes rien sans Dieu, que ce n'est que de Moi que vous pouvez prendre la force, la vie et l'intelligence pour créer une coexistence harmonieuse entre l'esprit et la partie humaine de l'homme. (282, 9-11)

43. Les hommes parlent de temps passés, d'antiquité, de longs siècles et d'ères interminables, cependant Moi je vous vois toujours petits. Je vois que vous avez très peu grandi spirituellement. Je considère votre monde encore dans son enfance, bien que vous croyiez avoir atteint la maturité.

44. Non, humanité! Aussi longtemps que ce ne sera pas l'esprit qui fournisse ces preuves de maturité, d'élévation, de perfectionnement, d'avance et de progrès dans les différents ordres de votre vie, vous n'arriverez à Me présenter que des oeuvres humaines, grandes seulement en apparence, mais sans consistance morale et sans solidité, par manque d'amour. (325, 62-63)

45. C'est un temps décisif pour les esprits, un temps de combat, en vérité. Tout est combat et lutte. Cette guerre a lieu dans le coeur de chaque homme, au sein des foyers, à la racine de toutes les institutions, dans tous les peuples, dans toutes les races.

46. La bataille ne se déroule pas seulement sur le plan matériel, mais aussi dans la vallée spirituelle. C'est la grande bataille contemplée, symboliquement, par les prophètes d'autres temps, et vue, dans des mirages, par les prophètes ou voyants de ce temps-ci.

47. Mais, ce combat qui agite et secoue tout n'est pas compris par l'humanité, bien qu'elle soit partie et témoin de cette même bataille.

48. Le pas de l'humanité est empressé, ces jours-ci, mais où va-t-elle? Où l'homme se dirige-t-il avec tant de hâte? Va-t-il, peut-être, par cette voie vertigineuse, rencontrer le bonheur, va-t-il atteindre la paix désirée, la grandeur que souhaite ardemment chaque cœur, de manière égoïste?

49. Je peux vous dire que ce que l'homme atteindra, en réalité, avec son pas pressé, c'est la fatigue totale. L'esprit et le cœur de l'Humanité avance vers le dégoût et la lassitude, et c'est l'homme lui-même qui a préparé cet abîme.

50. Il tombera dans cet abîme et dans cette fatigue totale. Et dans ce chaos de haines, de plaisirs, d'ambitions insatisfaites, de péché et d'adultère, de profanation des lois spirituelles et humaines, il trouvera une mort apparente pour l'esprit, une mort passagère pour le coeur.

51. Mais, de cette mort, Je ferai en sorte que l'homme se lève à la vie. Je lui ferai avoir sa résurrection et que, dans cette nouvelle vie, il lutte pour la renaissance de tous les idéaux, pour la renaissance de tous les principes et de toutes les vertus, qui sont les attributs et le patrimoine de l'esprit, qui constituent son commencement, son alpha; parce que c'est de Moi que jaillît l'esprit, de Moi il prit la vie, il but de Ma perfection, et de Ma grâce il demeura saturé. (360, 6-8)